Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Ansage et le Pescher

Jean-Pierre Guilhot (mon Sosa 96) né en 1779 à Montclar, se marie avec une fille Eynard dont l’origine géographique de sa branche maternelle est la paroisse d’Ansage. Cette dite paroisse a une chapelle nommée Sainte Marie Madeleine, jadis église de la paroisse dite d’Ansage et le Pêcher.

En 1698 la population des taillabilités relevée :[1]

Photographie de l’auteur

« L’église Sainte-Marie-Madeleine est celle d’un prieuré relevant du prieuré voisin d’Anse, les maisons du hameau étant sans doute les vestiges des bâtiments conventuels. A quelques mètres, une nouvelle église a été construite à la fin du XIXème siècle » recopie d’une partie la plaque située sur le parvis de l’église d’Ansage.

« Datée de 1753 sur son mur méridional, mélangeant les moellons calcaires et les blocs de tuf, elle s’intègre parfaitement dans son décor minéral ».[2]

« Du 07 may 1644 Ensage : Un calice, patène, et burette d’estaing. Un ciboire de leton. Un corporal, un voile, une chasuble, une aube, un missel, rituel, trois nappes. Esglise en estat, sauf que les fenestres sont sans vitres et la nef pas pavée. Point de tableau, ni fonts baptismaux. Une cloche sur une fenestre. Cimetière autour de l’esglise.

Les huguenots enterrent pesle mesle avec les catholiques. Un confessional, Point de chaire. 18 maisons catholiques faisant 30 communiants : 3 maisons huguenottes, pour l’enterrement desquelles Mgr a désigné un lieu ».[3]

Au mariage de Joseph Eynard avec Magdeleine Revol le 23/08/1785 (vue 146) à Ansage les témoins sont le sieur Lantheaume (bourgeois*) et Jean Claude Revol (ménager). Je relève également la présence un meunier Pierre Lantheaume, sur l’arbre l’Alain Pinche (Généanet).

* Bourgeois : donnent leurs biens à bail à des « rentiers » (fermiers) – page 70, l’élevage ovin à Léoncel et sa production lainière, cahier de Léoncel numéro 10.

Le 12/07/1745 Suzanne Peloux, veuve de Pierre God Barsat, protestante, est enterrée hors du cimetière ; les temps ont changé : la révocation de l’Edit de Nantes fait son effet (vue 95, AD26)

les cahiers de Léoncel numéro 27

Le lien se fait entre Ansage et le hameau « le pescher » par les habitants de celui-ci qui vont à l’église d’Ansage.

Mon ancêtre Jean-Pierre Revol, dit Jourdan, nait le 29/03/1739 à Ansage au hameau le pêcher (vue 80, AD26) :

Son père Jean-Antoine décédé le 26/07/1751 (vue 89, AD26) est enterré au cimetière d’Ansage :

« Le 23 octobre l’évêque prescrivit encore de faire une grille en longues poutres immédiatement hors du presbytère, et de clore le cimetière en bois ; et M. de Mayres paya 8 florins ».[4]

Photo extraite de l’exposition « chemins faisant : une histoire des routes du Vercors » année 2020, AD26.

Un lieu pas si reculé comptant 21 maisons ; Un sentier mène de la Vacherie aux gorges d’Omblèze par la ferme de Lantheaume et le vallon du Pêcher.

Un autre un chemin transitant le hameau du « Pescher » permet de se rendre au Chaffal où là, également, j’ai des aïeuls.


[1] Page 81, population des taillabilités du Dauphiné, tome 40, année 1906, Société d’archéologie et de statistique de la Drôme.

[2] Page 63, les chapelles du pays de Gervanne, Jean-Noël Couriol, les cahiers de Léoncel numéro 27

[3] Page 309, tome 46, année 1912, par Jules Chevalier, Société d’archéologie et de statistique de la Drôme.

[4] Page 377, état des diocèses de Die et de Valence en 1509, tome 16, année 1882, par l’abbé Fillet, Société d’archéologie et de statistique de la Drôme.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑